Partenaires de jeux BDSM

Votre couple devient ennuyeux ? Il bat de l’aile ? Pas surprenant, c’est le mal du siècle. Cependant, il se peut que vous ne vous épanouissiez pas sexuellement et que ce constat soit à la base de ce malaise. Pas d’affolement, vous pouvez pimenter votre vie sexuelle par différentes techniques, des jeux de rôle et autres découvertes sensuelles. Distinguons ensemble quel partenaire de jeux BDSM vous pouvez devenir.

Nous n’allons pas remémorer les sortes de pénétrations, trop techniques et pas assez cérébrales. Nous préférons vous orienter sur les jeux érotiques en général.

Les différents jeux érotiques BDSM

En premier lieu, vous pensez évidemment aux jeux de rôle : votre dominatrice joue l’infirmière et monsieur joue le plombier efféminé qui passe pendant les heures creuses, etc…

Ces délassements se réalisent généralement dans un décor ajusté : bougies, illumination diaphane et sous-vêtements tape-à-l’œil. C’est l’occasion de jouer des scènes fantasmées que vous n’accepteriez pas dans la réalité. Par exemple, faites l’amour avec votre femme en vous accordant sur le fait que vous parodiez un amant imaginaire : « Il n’est pas là ? Il ne doit pas rentrer ? Tu en es sûr ? ». Si elle accepte de jouer le jeu, vous verrez que vous arrêterez de la voir comme une mère mais bien comme une maîtresse perverse.

gay pride

On peut aussi avoir les gages, permettant d’imposer en douceur et à tatillons nos désirs peu avouables. Au départ, on demande des fellations, des cunnilingus, des cravates de notaire. Ensuite, quand le jeu est bien rodé et que le désir est débridé, on peut passer aux imitations de labrador femelle et à la falsification de soubrette sissy. Les plus forts iront jusqu’à l’ondinisme.

Le BDSM : une histoire de mecs fantasmeurs ?

Le jeu est quelque chose de très masculin, déjà dans la cour de récréation les jeunes garçons jouent tandis que les filles prennent plutôt l’habitude de discuter, ce qui explique leurs moins bonnes orientations spatiales et leurs meilleures prédispositions à apprendre. Malgré tout, ces mœurs changent et les femmes, plus androgynes et plus indépendantes, se laissent aller à ces petits jeux avec plaisir. Parfois elles vont prendre le contrôle de votre érection, avec ou sans contact, comme les fameux « ruined orgasm », très répandus sur la toile et au succès grandissant.

Enfin, lorsque l’on évoque les partenaires de jeux, on peut également s’inscrire dans un cercle plus large, comme le triolisme, le bisexualisme ou bien carrément les orgies. Pas de sentiment, pas de responsabilité, que du plaisir et des imaginations expansives. Si vous avez la chance de partager votre vie avec une personne libertine, vous pouvez inviter un autre couple sybarite pour rejouer des scènes de tromperie faussement dissimulées, ce qui vous permettra de vous épanouir. Quoi de mieux que de regarder sa propre épouse droit dans les yeux pendant qu’elle suce le mari de la femme que vous sodomisez simultanément ? Surtout si vous ne l’avez jamais sodomisé et qu’elle ne vous a jamais sucé, imaginez l’excitation, le stimulus œdipien, le dilemme…

Pour terminer, rappelons que l’important c’est de ne faire de mal à personne. Tout le monde n’est pas prêt pour ce genre de pratique qui nécessite un parcours, étape par étape, c’est le meilleur moyen de découvrir à deux les plaisirs de la chair et de consolider sa confiance l’un en l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *