Dominatrice Paris : les pratiques

Dans le monde de la domination BDSM, les meilleures maîtresses de France sévissent à Paris. Pour cause, le potentiel de soumis généreux étant important dans la ville lumière, elle est tout naturellement devenu le paradis des dominatrices sévères. Chacune ont leurs spécialités pour épouser au mieux l’attente des soumis.

Les phalliques, adeptes de la pénétration

La plupart des dominas sont phalliques et se concentrent principalement sur les pénétrations au gode-ceinture. Cela nécessite une certaines virtuosité pour faire vivre le phallus comme réel dans les fesses du soumis. Elles doivent adopter une position androgyne de dominante face au masochiste.

Le Fist Fucking est également très couramment empruntée pour son principe de possession, la maîtresse ressent la satisfaction de « tenir son soumis ».

Les dominatrices phalliques Parisiennes aiment également féminiser leurs masochistes en les travestissant ou en les forçant à voir des relations homosexuelles devant elles. Elles s’amusent alors à traiter leurs esclaves comme une sissy ou une trav femelle.

Les maîtresses castratrices

Chez les dominatrices, il existe également des castratrices, c’est-à-dire celles qui veulent éliminer l’initiative de leur esclave, leur propension à décider, à « avoir des couilles ». Elles vont user du ballbusting, de l’incontournable ceinture de chasteté ou d’autres épreuves inventives pour les rabaisser et nier leur masculinité. Émasculer un soumis, un luxe pour une domina bien sévère qui sait ce qu’elle veut.

Les dominatrices violentes

Certaines dominas hard revendiquent une certaine méchanceté, elles sont sévères et le font savoir. Elles aiment humilier leurs soumis et leur faire mal. Elles sont adeptes de la torture à l’électricité, des asphyxies, de la momification et des coups. Pour faire mal, elle utilise le fouet, la cravache ou encore le martinet. Elles sont dangereuses, c’est le nec plus ultra de la domination féminine à Paris.

Les dominatrices fétichistes

Les fétichistes des pieds ont besoin de lécher des chaussettes, des bottes et de belles cuissardes en cuir. Pas besoin d’être une véritable dominatrice pour se laisser lécher les pieds, c’est donc une forme de domination soft assez répandu dans les couples modernes qui veulent s’initier doucement au BDSM.

pieds femme dominatrice

À table !

La domination cérébrale

« Je vous ferai plus mal avec mes mots qu’avec mon fouet », cette mise en garde est signée maîtresse Cathy, dominatrice légendaire de la capitale Française et auteur du livre « maîtresse Cathy, l’insoumise » où elle aborde le milieu des escortes dominatrices et l’évolution du milieu entre les années 90 et aujourd’hui. Le principe est de venir humilier le masochiste en pointant certaines de ses failles, en le ramenant à des points précis de son parcours. Cette domination demande une certaine complicité avec le soumis, ainsi qu’une sensibilité de psychologue pour choisir les angles d’humiliations provoquant l’excitation.