Partenaires de jeux BDSM

Votre couple devient ennuyeux ? Il bat de l’aile ? Pas surprenant, c’est le mal du siècle. Cependant, il se peut que vous ne vous épanouissiez pas sexuellement et que ce constat soit à la base de ce malaise. Pas d’affolement, vous pouvez pimenter votre vie sexuelle par différentes techniques, des jeux de rôle et autres découvertes sensuelles. Distinguons ensemble quel partenaire de jeux BDSM vous pouvez devenir.

Nous n’allons pas remémorer les sortes de pénétrations, trop techniques et pas assez cérébrales. Nous préférons vous orienter sur les jeux érotiques en général.

Les différents jeux érotiques BDSM

En premier lieu, vous pensez évidemment aux jeux de rôle : votre dominatrice joue l’infirmière et monsieur joue le plombier efféminé qui passe pendant les heures creuses, etc…

Ces délassements se réalisent généralement dans un décor ajusté : bougies, illumination diaphane et sous-vêtements tape-à-l’œil. C’est l’occasion de jouer des scènes fantasmées que vous n’accepteriez pas dans la réalité. Par exemple, faites l’amour avec votre femme en vous accordant sur le fait que vous parodiez un amant imaginaire : « Il n’est pas là ? Il ne doit pas rentrer ? Tu en es sûr ? ». Si elle accepte de jouer le jeu, vous verrez que vous arrêterez de la voir comme une mère mais bien comme une maîtresse perverse.

gay pride

On peut aussi avoir les gages, permettant d’imposer en douceur et à tatillons nos désirs peu avouables. Au départ, on demande des fellations, des cunnilingus, des cravates de notaire. Ensuite, quand le jeu est bien rodé et que le désir est débridé, on peut passer aux imitations de labrador femelle et à la falsification de soubrette sissy. Les plus forts iront jusqu’à l’ondinisme.

Le BDSM : une histoire de mecs fantasmeurs ?

Le jeu est quelque chose de très masculin, déjà dans la cour de récréation les jeunes garçons jouent tandis que les filles prennent plutôt l’habitude de discuter, ce qui explique leurs moins bonnes orientations spatiales et leurs meilleures prédispositions à apprendre. Malgré tout, ces mœurs changent et les femmes, plus androgynes et plus indépendantes, se laissent aller à ces petits jeux avec plaisir. Parfois elles vont prendre le contrôle de votre érection, avec ou sans contact, comme les fameux « ruined orgasm », très répandus sur la toile et au succès grandissant.

Enfin, lorsque l’on évoque les partenaires de jeux, on peut également s’inscrire dans un cercle plus large, comme le triolisme, le bisexualisme ou bien carrément les orgies. Pas de sentiment, pas de responsabilité, que du plaisir et des imaginations expansives. Si vous avez la chance de partager votre vie avec une personne libertine, vous pouvez inviter un autre couple sybarite pour rejouer des scènes de tromperie faussement dissimulées, ce qui vous permettra de vous épanouir. Quoi de mieux que de regarder sa propre épouse droit dans les yeux pendant qu’elle suce le mari de la femme que vous sodomisez simultanément ? Surtout si vous ne l’avez jamais sodomisé et qu’elle ne vous a jamais sucé, imaginez l’excitation, le stimulus œdipien, le dilemme…

Pour terminer, rappelons que l’important c’est de ne faire de mal à personne. Tout le monde n’est pas prêt pour ce genre de pratique qui nécessite un parcours, étape par étape, c’est le meilleur moyen de découvrir à deux les plaisirs de la chair et de consolider sa confiance l’un en l’autre.

Lady Angelina, domina chic..

Bienvenue dans la sexualité perverse et cérébrale, où votre ébranlement n’aura d’égal que votre impuissance.

Angelina est une maîtresse BDSM blonde aux yeux bleus au charisme Jupitérien et à la plastique digne d’une top-modèle. Un regard profond, mélangeant vice et sévérité bien placé qui saura faire bourgeonner n’importe quelle potentialité de fiottes. Laisser de côté les femmes politiques phalliques adeptes des politiques restrictives et laisser enfin faire une vraie sachante en matière de domination !

Des pratiques pour loosers avancées

Lady Angelina est une intellectuelle de la soumission qui saura saisir vos faiblesses et vos fantasmes. Ces sessions sont cruelles, énigmatiques et complexes, pour mieux localiser la fibre masochiste en vous qu’elle ne viendra pas stimuler mais qu’elle viendra rompre. Elle sait remettre les merdes à leur place avec une finesse et une complexité de rêve.

Une remise en cause de votre sexualité

Si vous pensiez être un vrai mec avec votre salaire à peine décent et votre CDI dans le secteur tertiaire, il est probable que votre dominatrice Lady Angelina vous remette à votre place. Ainsi, elle est disposée à vous féminiser ainsi qu’à vous humilier comme la petite femmelette que vous avez toujours été.

Une jeune dominatrice pleine d’énergie

Angelina est une escort dominatrice qui allie un physique flatteur avec une capacité hypnotique à maîtriser votre esprit pour mieux le distordre. Mistress Angelina est également amatrice des fétichistes qui viennent se vautrer à ses bottes en cuir et sur ses leggings en latex.

lady angelinafetish

Votre lady saura vous torturer les testicules, vous défoncer le cul avec l’un de ses godes-ceintures ou encore vous donner cette bonne fessée (spanking) que vous méritez depuis un certain moment.

Il est également possible de flirter avec la psychose puisque Angelina aime féminiser les hommes qui rentrent dans son donjon. Après un épreuve de ballbusting, il est possible de se faire sissifier, de devenir cette petite travesti destinée à s’offrir, d’avoir la vie d’une de ces poules mouillées élevées en batterie. De rejoindre enfin ses véritables aspirations…

Entre Paris et le reste du monde

Forcément, une maîtresse dominatrice VIP comme Lady Angelina sévit généralement sur Paris mais elle s’offre également quelques tournées pour tirer les bretelles de ses troupes à travers le monde.

En Europe, il est possible de la retrouver en Suisse, où les moneyslaves sont bien juteux. Aussi, à Milan qui se partage la mode avec la Ville lumière. Enfin, Lady Angelina propose des tournées à Dubaï et Singapour pour garder un œil sur les grands de ce monde qui souhaiteraient venir prendre quelques instructions de notre maîtresse préférée…

Strapon dildo gode ceinture, une suite de mots qui serait en fait un fantasme en quatre mots

Strapon dildo gode ceinture, une suite de mots qui serait en fait un fantasme masochiste en quatre mots

Fantasme toi-même ! Il se trouverait que lors d’une petite enquête sur les mots ou expression les plus usitées des amateurs de rencontres masochistes parisiennes, bon nombre de petits innocents pudibonds, mais un tantinet paillards, associeraient le gode ceinture avec l’escort dominatrice. Quelques coquins plus coquins que le commun des dévergondés, on va dire vicieux, auraient un faible pour les godes ceintures. Chacun fait ce qui lui plaît dans le meilleur des mondes érotiques libres possibles.

Ceci étant, pourquoi aller demander à une escort girl de se munir d’un gode ceinture quand on lit de ci de là, que cet ustensile est l’outil préféré des amateurs de domination. Cherchez l’erreur et s’il y en avait une… Il faudrait peut-être aller fouiller l’âme perturbée de l’amateur de sensation plus ou moins forte. Ces amateurs seraient peu enclins à visiter l’antre d’une dominatrice digne de ce nom. C’est pourquoi, certains hommes en mal de sensation forte feraient appel au service d’une femme plus douce en apparence. C’est que la maîtresse, de par son uniforme, son matériel et sa gestuelle, renvoie une image beaucoup plus stricte. Il faut avouer qu’on est loin du cliché glamour quand Madame D tapote un phallus de 30 cm de longueur pour 15 cm de diamètre…

gode

Pourtant, Deleuze parle des amateurs de fétichisme de la femme au gode ceinture comme des personnalités « suprasensuelles » (consulter cet article de France Culture), des individus qui reconnaissent dans la femme dominatrice une beauté non-génitale à maintenir pour le bien de l’espèce humaine. Inconsciemment, lis ne reconnaissent pas l’absence de pénis chez la femme pour se défendre des contradictions que cela impliquerait. Au-delà du gode-ceinture enfilé par une escort dominatrice, il est possible d’employer des harnais fétiches. Aussi, le gode ceinture qui se fixe dans le vagin pour coller à la réalité d’une prédisposition naturelle est une option délicieuse. Pour les soumis connaissant des fantasmes de castration, le gode ceinture pour homme, associé à une cage de chasteté est une condition nécessaire de toute pénétration sur une femdom. La dominatrice est pénétrée par le gode mais son esclave ne peut pas utilisé son organe naturel, son plaisir génital est dénié. Du moins en apparence puisqu’il jouit du fantasme de castration, pendant que la dominatrice se délecte secrètement de la domination cérébrale qu’elle inflige à 4000 ans de patriarcat. Le plaisir génitale de l’homme n’exclut pas la jouissance anale si l’on en croit les quelques spécialistes de la géo-localisation du point G. Aussi, la possibilité de monter crescendo les étapes menant à la jouissance prostatique.

Solliciter une maîtresse parisienne pour expérimenter le gode ceinture, puis une dominatrice pour être sûr avant de faire son coming-out à une escort trans confidente. Les études et témoignages montrent bien que les amateurs de femmes portant des godes ceintures ne veulent pas changer de sexualité. Même s’il le dissimule, cela leur apparaît trop délicieux pour aller voir une autre crémerie.

Un gourmet?… C’est un glouton qui se domine…

Gourmet

Pratiques sexuelles singulières

Nous avons déjà publié des articles sur les pratiques sexuelles particulières et marginales et au-delà des pratiques « borderlines », nous allons aussi vous faire découvrir de nouveaux termes.

Vous connaissez l’agoraphobie ? Cette crainte des espaces publics. Il existe aussi l’agoraphilie, apparentée à l’exhibitionnisme qui signifie la volonté de faire l’amour dans un espace public ou un lieu où l’on peut se faire surprendre. Le toiturophile c’est la même chose, mais en prenant un peu de hauteur. Vous comprenez le concept de l’article désormais ?

On voit aujourd’hui une explosion du travestissement des hommes en femmes mais également des femmes en hommes. L’attirance pour une femme habillée comme un homme s’appelle l’andromimétophilie.

Voilà la meilleure : la coprolalie. Il s’agit là d’une impulsion à dire des mots crus pendant l’acte sexuel. Situons, vous venez d’avoir un enfant avec une fille que vous connaissez depuis deux ans, vous êtes fou amoureux d’elle. Lorsque vous la pénétrez pour la trois centième fois vous lui déclarez : « tu aimes ça petite pute ? Tu as arrêté de faire la belle depuis que tu as un gosse ? Tu veux faire la maman ? Comme une grande ? Comme la pauvre salope que tu as toujours été ? Espèce de ratée ! Heureusement que tu as un beau cul de cochonne pour te faire un billet dans ta vie de merde… ». Bien entendu, il peut y avoir plusieurs variantes à ce jeu de rôles selon les situations et personnalités de chacun. N’oubliez pas de vous excuser par la suite.

Ensuite nous avons des pratiques plus courantes voire majoritaires. L’avènement du porno a, par exemple, engendré l’acomoclitisme, le fantasme des pubis épilés, ce qui ne choque plus grand monde. Pourtant, il y a également la pogonophilie où l’excitation est provoquée par une forêt de poils.

Pareillement, l’elaionophilie est très en vogue (faire l’amour avec le corps enduit d’huile) à cause des ventes d’huile de massage et les divers lubrifiants. Enfin, la sitophilie est une étape obligatoire des jeunes couples, il s’agit de mélanger sexe et aliments, rien de très transcendant.

A contrario, nous connaissons une belle brochette de démence sexuelle. C’est le cas du bandonéon (pas l’instrument), excité sexuellement par une lumière artificielle. On imagine l’enfance très, très difficile. Le cachot, le repas quotidien et, de temps à autre, la lumière. Le bandonéon est certainement aussi claustrophile, c’est-à-dire masochiste qui apprécie tout particulièrement l’enfermement. A noter qu’ils font des cages BDSM absolument formidables désormais.

Le poids est parfois un vecteur d’attirance, nous avons ainsi l’ectomorphile qui aime les maigres voire les anorexiques. Identiquement, nous avons le pinguisophile pour les gros.

Puisque l’on parle d’obésité, rentrons un peu dans le spécial pour parler des « feeders » (l’article du lien est en anglais). les « feeders » sont des personnes qui veulent engraisser une autre personne : leur « feedee ». l’objectif est de gaver son partenaire pour finir par l’immobiliser et l’avoir sous sa dépendance. La feedee jouit du fait de perdre toute autonomie et nous voilà avec deux allumés de plus sur terre.

feeder et sa eater

tu es belle quand tu te goinfres ma chérie..

D’autres sexualités particulières auraient pu ètre évoquée, peut-être une prochaine fois.

Journée de la femme vue par un soumis

Aujourd’hui, c’est la journée de la femme et certaines d’entre elles descendent dans la rue pour étaler leurs revendications. Je ne comprends pas bien cette démarche sachant que j’évolue depuis cinq ans dans un milieu gynarchique.

Comment peut-on nier la supériorité des femmes ?

Aujourd’hui, ma dominatrice m’a puni pour garder « l’esprit de la journée de la femme ». Je dois donc rester attaché au chauffage jusqu’à ce soir pendant qu’elle ira manifester. Je lui reverse naturellement la moitié de mon salaire mais cela ne lui convient pas. Sa souffrance est de subir les matages des hommes et cette misogynie qui ne cesse. Je la comprends et je suis pour une monarchie gynarchique de droit divin, à la seule condition que la reine porte des bottes à talons aiguilles pour un meilleur rayonnement international.

femdom instruction

Une beauté naturelle

Alors que nous, esclaves soumis sans prétention, nous nous cassons la tête pour performer aux échecs ou en physique cantique, la femme est déjà, de fait, une réussite.  Ses courbes sont creusées par la grâce divine et leurs mouvements sont naturellement parfaites et sensuelles. Je pense que l’on devrait faire des initiations à la gynarchie dès le primaire et forcer les jeunes garçons à jouer à la poupée. Une éducation rêvée, entouré de maîtresses malveillantes qui auraient fait de moi un bien meilleur soumis.

Un cadeau à sa dominatrice pour la journée de la femme

Lundi, je me suis rendu au BDSMdonjon By Concorde et ses Love Store, le sex-shop spécialisé dans le fétiche à Paris. J’en ai profité pour acheter les accessoires de domination pour ma dominatrice (je lui ai offert un voyage en Guinée pour la Saint-Valentin et une voiture pour Noël). J’ai ainsi pu trouver ma cage de chasteté chromée pour 150 euros, un fouet métallique pour les jeux extrêmes quand ma dominatrice veut m’exhiber dans Paris et surtout je lui aioffert ce matin une cage SM à roulettes avec verrous cadenassés. Ce dernier cadeau l’a touché et elle m’a récompensé avec un frenck kiss, le premier depuis 78 jours.

Dîner ce soir

Comme c’est la journée de la femme, je dois tout faire ce soir. Je dois ainsi faire la cuisine une fois qu’elle est de retour pour me libérer, ensuite je la regarderai manger avant de dévorer les restes. enfin, je servirai de chiotte s’il elle le veut avant de m’auto enculer avec un godemichet dans le jardin. C’est le deal et je le respecterai en mémoire de toutes les femmes exploitées à travers le monde. Je suis un sous-féministe engagée et je l’assume, je veux que les dominatrices renversent le pouvoir en France.